Archives par mot-clé : Roman

L’automne

Automne

Dans le brouillard s’en vont un paysan cagneux
Et son bœuf lentement dans le brouillard d’automne
Qui cache les hameaux pauvres et vergogneux

Et s’en allant là-bas le paysan chantonne
Une chanson d’amour et d’infidélité
Qui parle d’une bague et d’un cœur que l’on brise

Oh ! l’automne l’automne a fait mourir l’été
Dans le brouillard s’en vont deux silhouettes grises

Guillaume Apollinaire (1880-1918)
Alcools

Dans mon livre « Le loups aux yeux d’or de Zéline », c’est la silhouette de Kermélia et de Zéline s’en allant dans le brouillard morvandiau. Elles sillonnent les chemins pour collecter les fleurs et les plantes qui serviront à créer les potions, les tisanes et les onguents. Au détour du chemin, elles rencontrent les loups leurs amis.

Prochain roman

La période que nous vivons actuellement peut bloquer la respiration, mais n’empêche pas l’envol de l’inspiration .

Après l’écriture d’un livre régional: « Le loup aux yeux d’or de Zéline » , le prochain aura pour thème: une histoire d’amour et comme fond: la guerre de 1914/1918.

La collecte des informations pour l’écriture de ce livre, est terminée. Comme diraient certains: « Yapluka! »

Un roman sur les loups!

Je viens de finir un nouveau roman, intitulé: « Le loup aux yeux d’or de Zéline »

Ce roman dépeint la vie de guérisseuses de mère en fille, dans le Morvan entre 1850 et 1880.

Le livre commence avec une jeune femme, Kermélia, guérisseuse qui choisit de quitter son village natal pour s’installer là où son destin la conduit. C’est le village d’Alligny-En-Morvan qui l’accueille. Elle s’établit et se fait connaître très vite. Naît ensuite sa fille, Zéline, dont le nom du père est gardé secret par Kermélia…

Kermélia et sa fille Zéline ont une connaissance extraordinaire de la nature, Elles ont appris de mère en fille depuis plusieurs générations à chercher les plantes, les cueillir, les préparer en potions, onguent ou autres formes pour guérir.  Leur grandeur d’âme les prédispose à écouter avec empathie toutes les femmes et tous les hommes se présentant chez elles pour avoir l’aide ou le remède miracle qui va les soigner.

Ces deux guérisseuses ont une autre passion : les loups. Elles les connaissent et savent vivre en harmonie avec eux. Seulement les liens d’affection pour les loups sont très mal considérés. Et  le temps des sorcières n’est pas si loin. Aussi, Kermélia et Zéline ne montrent à personne leur affection pour les loups, affection  qu’ils  leur rendent bien.

Kermélia et Zéline sont également confrontées à la guerre de 1870, Qu’adviendra-t-il d’elles?,

Les amérindiens, source d’inspiration

Depuis l’enfance, lorsque nous avons eu le droit de regarder la télévision et des westerns, j’ai été fascinée par les indiens d’Amérique, leur vie dans les tipis autour d’un feu ; le chaman qui invoquait le ciel pour la pluie, le soleil, ou disait des incantations pour la guérison d’un des leurs. Continuer la lecture de Les amérindiens, source d’inspiration